Hop ...y'a plus de reporting

Publié le par David Desfougeres

Hop ...y'a plus de reporting

Attention, cet article est subversif, il est possible que vous ne vous sentiez pas très bien à sa lecture...surtout pour peu que vous soyez un chef de projet et que les règles suivies à la lettre sont un de vos leitmotivs, un art de vivre, l'essence de votre moteur. Mais ma pensée va dans la droite ligne du dixième principe : "La simplicité – c’est-à-dire l’art de minimiser la quantité de travail inutile – est essentielle." : Sous la couverture du manifeste, je me sens autorisé à tout penser, tout faire, tout dire.

Donc je m'applique ce principe : il est important de vérifier l'essentialité de ce que je fais, et surtout dans le reporting.

C'est un travail passionnant que d'élaborer des reportings, de les mettre à jour hebdomadairement puis mensuellement puis trimestriellement, trouver des courbes à construire, de créer des éléments de vérification, des mesures de suivis de toutes les couleurs, de devenir un expert des graphiques Excel, des requêtes Business Object, être un pro du slideware... Et j'en ai fait un paquet !

La question qui mérite d'être posée est "qu'est-ce qu'un reporting utile ?". Le reporting est un outil, un outil d'aide à la décision. Il doit alimenter le destinataire avec des informations strictement primordiales pour gérer des risques sur les projets et définir des actions en diminution de ces risques.

Pour aller plus loin la fréquence de mise à jour d'un indicateur doit être en regard du besoin de réactivité en cas d'arrivée du risque. Clair ? non .. ? Si mon indicateur me permet une décision qui aura un effet au bout d'un an, je ne pense pas que le recalculer toutes les semaines soit intéressant.

J'ajoute que ce qui entre dans la case cosmétique doit être abandonné. Oui je sais : c'est dur ! Mais de mesurer la séniorité d'une équipe, juste parce que l'indicateur est écrit au contrat n'a absolument aucun sens ! Attention ce ne sont que des exemples ...tout lien avec un reporting existant ou ayant existé est fortuit.

Hop ...y'a plus de reporting

Par contre, un reporting demandé par un manager du contrôle de principe bénéficie d'une forme de légitimité imposée : on ne discute pas les ordres ni les besoins du chef !

Pour lutter contre : je vous propose un petit jeu amusant ...et potentiellement risqué (et plus le risque est important..plus c'est amusant ...)

Dès lors que je juge un indicateur (voire un reporting complet) inutile : je me lance dans une forme de roue de Deming et vais à la chasse aux feedbacks :

Dans un premier temps j'ajoute quelques aberrations ...puis j'attends, si je n'ai pas de retour : ...j'ai une première confirmation qu'il n'est pas lu, un premier apprentissage donc.

Si j'ai des retours, j'accuse mon clavier et ses volontés d'autonomies, à l'erreur due à la surcharge de travail, tente une coulée d'une larme appelant à la compassion.

Pour être sûr, je continue sur quelques itérations de publications, en transformant doucement les aberrations en hors sujet complet, en ajoutant des images humoristiques liées à un sujet d'actualité du moment (Par exemple le dessin de la semaine est une terrain de jeu idéal : http://www.ledessindelasemaine.fr/ ...)

Enfin : j'arrête purement et simplement la diffusion ...l'effet est magique : je gagne du temps à faire des choses utiles, enfin : qui apporte de la valeur !

Agile ou pas Agile ...en tout cas libératoire !

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article